top of page
  • Photo du rédacteurProjet Jeune Leader

Le soutien des jeunes face à la violence psychologique en milieu rural à Madagascar


A female Projet Jeune Leader Educator wraps her arm around a female middle school student in Madagascar.

Soutenir et autonomiser les jeunes adolescents vulnérables en milieu rural à Madagascar


Les éducateurs du Projet Jeune Leader sont de jeunes enseignants qui assument le rôle de mentor et de conseiller auprès de leurs élèves adolescents. En milieu rural surtout, nos éducateurs sont souvent les seuls disponibles à assurer un service de soutien aux élèves - sans parler des seuls adultes auxquels les adolescents se confient pour se faire conseiller.

Alors que les éducateurs PJL portent une assistance à leurs élèves dans de nombreux aspects de leur vie - études, amitiés, santé – il existe un problème toujours difficile à résoudre : la violence psychologique.


La violence psychologique est la norme et reste cachée dans de nombreux foyers, écoles et communautés à travers Madagascar.


A titre d’exemple, près de 8 enfants sur 10 âgés de 10 à 14 ans à Madagascar déclarent que l'agression psychologique a été utilisée à leur égard en tant que mesure disciplinaire à la maison au cours du mois précédent (MICS, 2018). Pourtant, les adolescents - notamment en milieu rural - n'ont aucun accès fiable aux services de protection de l'enfance tels que les centres d'écoute et les refuges, les travailleurs sociaux ou l'assistance juridique. Bien que Madagascar dispose d'un numéro vert pour signaler les cas de violence, seulement 11% de la population rurale de Madagascar ont accès à l'électricité (Banque mondiale, 2020). Nos éducateurs, qui sont intégrés à temps plein dans des CEG publiques ruraux, servent souvent de « premiers intervenants » auprès des adolescents victimes de la violence, dont la violence psychologique.


A female Projet Jeune Leader walks across a wooden bridge to get to her partner school in Antanetibe, Madagascar.
Les éducateurs de Projet Jeune Leader travaillent dans des communautés rurales et isolées à Madagascar. Sur la photo, l'éducatrice PJL Sitraka se rend à son travail à Antanetibe, dans la région d'Amoron'i Mania à Madagascar.

C'est pourquoi l'année dernière, nous nous sommes associés à Omena pour améliorer la capacité et la résilience de nos éducateurs à répondre aux cas de violence psychologique rencontrés dans le cadre de leur travail.


Omena a pour mission de briser le cycle de la violence psychologique à Madagascar. Dans le cadre de notre partenariat, Omena a organisé une formation approfondie à l’intention de nos éducateurs sur l’identification de la violence psychologique et l'offre aux jeunes d'un soutien socio-psychologique idoine. Grâce à une communauté de pratique continue tout au long de l'année scolaire, nous avons permis à nos éducateurs d’évoquer leur vécu dans un cadre sécurisé et favorable.


Les retombées du projet sont d’ores et déjà profondes et immédiates.


Comprendre la violence socio-psychologique


Au fur et à mesure que nos éducateurs apprenaient les définitions et les signes de violence psychologique grâce à la formation d'Omena, ils se mettaient à partager des cas de demande de conseil sur la violence psychologique qu’ils avaient rencontrés.


« J'ai rencontré de nombreuses demandes de conseil sur la violence psychologique, mais j’ignorais jusqu’ici qu'il s'agissait en fait d'abus ou de violence, » s’est confié l'un des éducateurs du Projet Jeune Leader — l'une parmi les nombreuses réflexions similaires partagées.

Bon nombre des cas signalés par les élèves à nos éducateurs impliquaient la violence exercée par les parents (comme on pourrait s’y attendre, au vu des données quantitatives nationales publiées). Toutefois, de nombreux autres cas concernaient la violence exercée par les enseignants ou d'autres autorités, ainsi qu'un nombre important de cas de violence psychologique entre pairs.

Ces problèmes restent cachés à Madagascar et sont considérés comme tabous, même pour nos éducateurs. La formation a pu soulever ces questions sensibles dans un cadre sécurisé. La formation a également permis aux éducateurs de réfléchir sur leur rôle important dans la prévention et la riposte. « Il est vraiment important pour nous de comprendre et d'enseigner ce problème afin que nous puissions aider les élèves qui l'ont déjà vécu, et aussi pour que nous puissions prévenir la violence psychologique à l'avenir », a déclaré l'un de nos éducateurs.


Doter les éducateurs de Projet Jeune Leader des outils nécessaires au soutien des adolescents vulnérables


A male Projet Jeune Leader Educator talking to a middle school student in a one-on-one counseling session at a public school in Madagascar.

Grâce à la formation et à la communauté de pratique qui s’en suit, nos éducateurs ont une prise de conscience, mais également des outils de riposte. « La formation m'a vraiment aidé au travail car je constate de nombreux cas de violence psychologique parmi mes élèves. Maintenant, j'ai suffisamment d'outils pour gérer ces situations ainsi que les compétences nécessaires pour mieux effectuer mon travail », a déclaré l'un des éducateurs.


Comme l'a écrit un éducateur dans un sondage post-activité : « La communauté de pratique m'a beaucoup aidé dans mon travail parce que maintenant je comprends mieux la violence psychologique. Cela m'a aidé à l'expliquer à d'autres personnes et à améliorer ma démarche pour soutenir les élèves qui l'ont vécue. »


Traduire les démarches de soutien socio-psychologique en amélioration des programmes destinés aux jeunes en milieu rural à Madagascar


Alors que ce projet pilote touchait à sa fin, on a transformé nos acquis en nouveaux outils et produits utiles à nos éducateurs dans le cadre de leur travail au quotidien. L'équipe technique de Projet Jeune Leader a collaboré avec nos éducateurs pour qu’ils allient leur expérience vécue aux nouvelles connaissances et compétences acquises d'Omena.

A female Projet Jeune Leader Educator with a group of adolescent students in a public school in Madagascar, leading a participatory activity.

On a élaboré une section sur la riposte à la violence psychologique en vue d’un nouveau manuel de conseils, plus structurés, destiné à nos éducateurs. On a également élaboré deux modules de cours adaptés à l'âge des élèves (l’un sur "Comprendre, réagir et prévenir la violence émotionnelle ou psychologique" et l’autre sur "Définir des limites") à intégrer dans le programme d'éducation à la sexualité de Projet Jeune Leader destiné aux élèves en dernière année du collège.


Ces nouveaux modules ont été mis à l’essai auprès d'adolescents sur le terrain. Ce qui nous a permis de vérifier nos hypothèses et d'apporter des améliorations au contenu et au langage de nos plans de cours. On a également recueilli des premières indications sur la pertinence et l'impact des modules.

"Je ne savais pas que ce que je faisais était de la violence", a déclaré un élève de 4ème.

En effet, 57 des 59 étudiants qui ont participé à l'essai sur le terrain des nouveaux cours n'avaient jamais entendu parler de violence psychologique. « La leçon est encore nouvelle pour moi car le sujet n'est pas souvent abordé en société. Mais j'ai vu beaucoup de gens dire à plusieurs reprises des mots blessants, recevoir des insultes de la part d'amis, et je ne savais pas que ce sont des formes de violence émotionnelle ou psychologique », a confié une élève de 3ème.

Une de ses camarades de classe a déclaré : « A présent, je sais distinguer la violence physique et la violence psychologique. Avant, je ne connaissais que la violence physique. »

As we wrapped up this pilot project, we turned our learnings into new tools and products for our Educators to use in their day-to-day work. Projet Jeune Leader’s technical team collaborated with our Educators to bring their grounded lived experience to the table alongside the new knowledge and skills they had gained from Omena.


Le travail engagé pour briser le cycle de la violence psychologique à Madagascar


Nous savons que ces efforts ne représentent que le début. Au cours des prochains mois, on développera la formation initiale de nos éducateurs et on réexaminera comment mieux les soutenir tout au long de l'année, sur la base des acquis issus de la communauté de pratique. On élaborera également un guide de conseil complet et un nouveau programme d'éducation à la sexualité et au savoir-vivre pour la classe de 3ème, articulé principalement autour des normes sociales, de l'égalité des sexes et de la prévention de la violence. Nous avons pour objectif non seulement d'améliorer nos interventions de soutien et de riposte, mais aussi de lutter contre les pratiques et les normes néfastes.

« L'engagement des éducateurs du Projet Jeune Leader à devenir des modèles pour leurs élèves a permis leur propre processus de guérison tout en augmentant leur impact sur la communauté », a déclaré Francesca Raoelison, fondatrice et directrice exécutive de notre partenaire Omena. « Ils nous donnent l'espoir de voir se réaliser notre vision de briser le cycle de la violence psychologique à Madagascar ».

 

Le partenariat entre Projet Jeune Leader et Omena a été appuyé par le "Global Grant Competition for Advancing Peace and Security through Local-Level Social Cohesion" de l’USAID/Youth Excel.

 
Découvrir le deuxième volet du projet — comment nous avons mis à l'essai de nouvelles démarches pour améliorer le bien-être socio-psychologique de nos éducateurs !



A group of Projet Jeune Leader Educators sitting around a large wooden table and laughing.
Un groupe d'éducateurs PJL de la région d'Amoron'i Mania durant la communauté de pratique.

Comments


bottom of page